Charles

Vande Venne

Charles Vande Venne voit le jour à Marcinelle le 04 avril 1932. Agé d’à peine 2 ans, il quitte sa ville natale pour venir s’installer avec sa famille à Châtelet dans le Quartier Saint-Joseph.

Après un enseignement fondamental à l’Ecole du Boubier, il s’inscrit à l’Université du Travail de Charleroi pour suivre une formation en ébénisterie et entre en apprentissage auprès des Ets Galland de Marcinelle. De 1945 à 1952, ses semaines sont riches en enseignement.  En plus des cours dispensés en journée, il se rend, le soir, à l’Ecole Industrielle de Châtelet pour y suivre les matières générales et, quand il n’est pas à l’école ou en apprentissage, il est aux Beaux-Arts. Il apprend le dessin avec HEUGPEN Andrée (Lodelinsart, 1902 – Gilly, 1993), l’aquarelle avec GIBON Marcel (Bouffioulx, 1910 – Charleroi, 1975), l’architecture, la sculpture et le modelage plastique.

Au cours de cette période, notre artiste est initié à l’Art et ses techniques au côté des peintres,  André Delvaux (Temploux, 1922 – Châtelet, 1970), Pierre Fievét (Châtelet, 1925 – Middelkerke, 1996), Henri Spitsaert (Châtelet, 1928 – Gros-Fays, 1974), Gustave Camus (Châtelet, 1914 – Mons 1984) et Edmond Doumont (Temploux, 1879 – Uccle, 1954). Ce dernier l’invite à son domicile où il l’initie à la technique du portrait. Charles Vande Venne est immédiatement attiré par le portrait sur le vif sans pour autant délaisser l’aquarelle, la sculpture sur bois, le grès d’art et la peinture à l’huile.

Fin des années 40, il est invité à participer au premier salon du Cercle d’art et de littérature du canton de Châtelet. A cette occasion, Emile Lempereur, président et fondateur de ce cercle lui annonce : « Toi, tu seras sculpteur ! ».

Dans les années 50, il commence une carrière professionnelle aux Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi (A.C.E.C.). Malgré son travail et sa vie de famille, Charles Vande Venne s’adonne toujours à sa passion artistique.

De 1970 à 1976, il s’inscrit en élève libre à l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet où il suit le cours de sculpture sur bois et de modelage (terre) du professeur Ganty.

Après 30 ans de services aux A.C.E.C., dont 15 ans de maîtrise, il peut enfin se consacrer pleinement à son art. Jusqu’en 1995, il reprend à l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet des cours de dessin avec Brigitte Debay (Charleroi, 1958) et de peinture à l’huile avec Jacques Ransy (Charleroi, 1947).

Artiste complet, il restaure également des statues et des meubles anciens. Parmi ses meilleurs souvenirs de restaurations figurent, en autre, un meuble d’André-Charles Boulle (Paris, 1642-1732) ainsi que les statues de Saint Roch de Presles et de Châtelet.

François Daloze

Né à Châtelet en 1931, François Daloze, retraité de la Régie des Postes, consacre son temps libre à la fabrication de maquettes et de figurines.

De figurines nues qu’il peint à sa guise au début,  il décide de les fabriquer lui-même par la suite, ce qui demande beaucoup plus de minutie, de précision et de travail.

Avec ces figurines, il réalise des scènes de la vie courante d’époques diverses, des Rois de France, des écrivains publics, des amazones, des scènes du théâtre, des dentellières …

La minutie et la beauté de son travail sont appréciées par petits et grands.